La Dépêche emploi, l'emploi près de chez vous

28.11.2017

L'aérospatial, un secteur "payant"

L'Insee Occitanie vient de publier une étude sur les rémunérations pratiquées dans le secteur aéronautique et spatial...

"Dans le Grand Sud-Ouest, qui recouvre les ex-régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, les rémunérations offertes dans la filière aéronautique et spatiale sont nettement plus élevées que dans l’ensemble de l’économie marchande non agricole." La dernière étude de l'Insee Occitanie rapporte ainsi que le salaire horaire net moyen s’élevait à 18 euros en 2014, contre 12,30 euros dans l’ensemble du secteur privé, soit 46% de plus ! "Ce supplément est nettement plus important pour les entreprises têtes de filière (grands constructeurs, maîtres d’œuvre, motoristes) que pour les unités de la chaîne d’approvisionnement (fournisseurs, sous-traitants, prestataires de services et petits constructeurs)", précisent néanmoins les auteurs de l'étude. La moyenne varie certes de 22,80 euros chez les premiers (soit 85% de plus que le salaire net moyen observé dans l’ensemble du secteur privé) contre 15,40 euros de l’heure chez les seconds, ce qui représente tout de même 25% de plus.
Globalement, les rémunérations restent donc plus attractives qu'ailleurs, et plusieurs éléments concourent à cette attractivité. Le dynamisme du secteur, qui contraint les industriels à recruter beaucoup ! "Au vu de leur situation, avec des marchés porteurs et des carnets de commandes bien remplis sur plusieurs années, les entreprises têtes de filière sont en position de tirer vers le haut les rémunérations", souligne l'Insee. Mais ce sont les emplois eux-mêmes qui expliquent surtout cette importante disparité, le secteur ayant recours à une main-d’œuvre particulièrement qualifiée, induisant des salaires plus élevés. "La proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures atteint ainsi 55% chez les grands donneurs d’ordre et 37% dans la chaîne d’approvisionnement, contre seulement 14% dans l’ensemble du secteur privé. De même, la proportion de professions intermédiaires techniques est de 21% chez les grands constructeurs, maîtres d’œuvre et motoristes, et de 20% chez les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services, contre 8% seulement dans l’ensemble du secteur marchand."
Les salaires sont enfin d'autant plus intéressants que l’entreprise employeuse est grande. Or 80% des effectifs de la filière évoluent dans une entreprise d’au moins 250 salariés, contre 40% dans l’ensemble de l’économie marchande de la région.

Auteur : Ingrid Lemelle

 Emploi cadre : quelles offres en Occitanie ? - 18.12.2017 08:59
 Toulouse est-elle une ville pour « Work & Live » ? - 20.10.2017 14:16
Retour en haut de la page