La Dépêche emploi, l'emploi près de chez vous

04.12.2018

Emploi et logement : Toulouse 5ème au Baromètre de l'attractivité des grandes villes françaises

Offres d’emploi, salaires, taux d’intérêt et prix de l'immobilier. Quatre critères qui, croisés, permettent d'évaluer l'attractivité d'une ville.

Pour la seconde année consécutive, Jobijoba et Meilleurtaux.com se sont associés pour publier le Baromètre de l’attractivité des grandes villes françaises pour l’emploi et le logement. Établi à partir d’une série de données (offres d’emploi, salaires, taux d’intérêt et prix de l’immobilier), il positionne cette année Grenoble, Lille et Lyon sur le podium des villes les plus favorables, à la fois en termes d’emploi et de pouvoir d’achat immobilier.
Grenoble détrône ainsi Lille et prend la première place du classement. "Deuxième l’année dernière, sa performance s’explique surtout par le dynamisme du marché de l’emploi local (au 2ème rang en France avec 12,2 offres de CDI pour 100 habitants) car, côté pouvoir d’achat immobilier, la préfecture de l’Isère affiche 59 m² contre 66 m² en 2017, figurant ainsi à la 8ème place", rapportent les auteurs du baromètre. Un pouvoir d'achat calculé à partir des salaires moyens proposés dans les offres publiées sur Jobijoba, puis rapportés aux taux d’intérêt recensés par Meilleurtaux.com et le prix de l’immobilier local, ceci permettant de définir le nombre de m2 pouvant être acheté avec un prêt sur 20 ans.
Si Lille se positionne sur la seconde marche du classement général, c'est surtout grâce une situation de l’emploi solide (10,7 offres de CDI pour 100 habitants). Car le pouvoir d’achat immobilier des lillois, lui, a baissé, passant de 57 m2 accessibles en 2017 à 49 m² en 2018. Enfin Lyon, qui complète le trio de tête, gagne une place par rapport à 2017. "Cette performance est clairement tirée par l’emploi avec 13,8 offres de CDI pour 100 habitants, ce qui fait de la capitale des Gaules la 1ère ville du classement de l’emploi national", observe Thomas Allaire, le PDG de Jobijoba. Cette place est certes obtenue en dépit d’un pouvoir d’achat immobilier faible : 36 m² accessibles, soit l'une des villes les moins bien intéressantes sur l'aspect logement.
Toulouse, quant à elle, obtient la 5ème place du classement global. Elle affiche un marché de l’emploi relativement stable (7,8 offres de CDI pour 100 habitants), mais "la Ville rose a connu une hausse des prix immobiliers avec une perte de 11 m² accessibles (51 m² en 2018)", note le baromètre. Le prix moyen du m2 s'établit à 3088 euros, soit un montant assez proche de celui observé à Montpellier (3003 euros). L'indice du marché de l'emploi fait en revanche plonger la métropole à la 15ème place du classement. Jobijoba estime à 3,7 le nombre d'offres de CDI pour 100 habitants...

Auteur : Ingrid Lemelle

Retour en haut de la page