La Dépêche emploi, l'emploi près de chez vous

02.07.2018

Développeur forever...

Leader dans le recrutement web et IT, LesJeudis dresse un panorama des métiers particulièrement porteurs.

LesJeudis a passé au crible plus de 22.000 offres postées sur son site, entre mai 2017 et mai 2018, afin d'en tirer les grandes tendances du marché. "Si les profils de développeurs ont toujours le vent en poupe, concentrant à eux seuls 33% de la totalité des offres mises en ligne sur la plateforme sur cette période, on constate également la montée en puissance des nouveaux métiers, centrés autour du Big Data, du développement d’opérations ("DevOps") mais aussi de la cybersécurité", rapporte ainsi l'étude.
Les développeurs demeurent donc les "chouchous" des recruteurs. Une fonction pas toujours évidente à cerner. "Sous cet intitulé unique, on peut en réalité distinguer trois métiers différents : celui de développeur web, dont la mission est de créer des applications pour des sites web. Cela nécessite une parfaite maîtrise des langages de programmation, qu’ils soient front-end (HTML, CSS ou encore Javascript) ou back-end (Java, PHP, Node JS, Python ou encore Ruby)", explique LesJeudis.
Autre métier, "celui de développeur natif, dont le rôle est de créer des applications spécifiques à un seul système d’exploitation (Windows, iOS ou Android par exemple). Enfin, celui de développeur hybride, qui conçoit des applications capables d’opérer sur plusieurs systèmes différents." Des profils clés pour les entreprises, qui n'hésitent pas à  rémunérer les plus expérimentés. Si un développeur junior perçoit en moyenne 26.500 euros bruts par an, un développeur Back-end (Php ou Javascript) ou Fullstack justiant de plus de huit ans d'expérience peut en effet gagner jusqu'à 65.000 euros bruts par an.
L'expert de la donnée, Data Engineer, Scientist ou Analyst, n'est pas en reste. "Métier très convoité par les entreprises comme par les étudiants, son rôle est en effet stratégique dans les organisations, ce qui explique son haut niveau de rémunération. Ainsi, à l’embauche, un junior peut prétendre à un salaire de plus de 40k€, quand celui des plus expérimentés peut dépasser les 100k€." Rémunérations attractives également pour les spécialistes de la cybersécurité (de 40k€ pour les moins expérimentés, à 65k€ pour les profils plus seniors). Une fonction accessible avec un diplôme d'école informatique classique (de type Epita, Epitech...) avec une spécialisation en sécurité ou un Master 2 équivalent.

Auteur : Ingrid Lemelle

Retour en haut de la page