La Dépêche emploi, l'emploi près de chez vous

09.11.2018

Allez-vous bientôt changer de métier ?

Entre 2010 et 2015, 22% des personnes en emploi ont changé de métier en Occitanie. Une mobilité professionnelle très variable selon les profils.

Quels sont les personnes, les emplois et les domaines les plus concernés par la mobilité professionnelle ? C'est à ces questions que répond la dernière enquête de la Dares, qui indique en préambule que ces changements, de métiers ou d'activité, ont globalement touché 22% des actifs de 20 à 50 ans, entre 2010 et 2015, en France. Une proportion comparable à celle enregistrée en Occitanie.
La mobilité professionnelle est particulièrement développée en début de carrière. "Les changements de métier sont plus fréquents chez les jeunes que chez les plus âgés : ainsi, les personnes âgées de 20 à 29 ans ont changé de métier deux fois plus souvent que celles de 40 à 50 ans", rapporte l'étude. Le niveau d'études semble lui aussi avoir un impact. "Toutes choses égales par ailleurs, notamment à âge donné, ce sont les moins diplômés qui ont la probabilité la plus importante de changer de métier." Enfin, les personnes en contrat à durée limitée (intérim, CDD) sont logiquement plus concernées que celles en CDI.
Avoir des compétences transférables favorise aussi la mobilité. "C’est le cas dans l’électricité-électronique et l’artisanat, où plus de trois personnes sur dix changent non seulement de métier mais aussi de domaine professionnel à cinq ans d’intervalle", précise la Dares. Plus de 30% des personnes relevant du commerce, des industries de process et de la mécanique et du travail des métaux ont également "bougé". "À l’opposé, dans les domaines professionnels où l’accès est réglementé ou se fait par concours, la mobilité est plus limitée. C’est le cas de l’éducation, de la formation (5% de changements de métier) et de la santé, l’action sociale, culturelle et sportive (9%)", souligne l'étude.
Enfin, certains secteurs sont plus propices aux variations. L'hôtellerie, la restauration et l'alimentation notamment, où seuls 14% des salariés travaillaient en 2015 dans la même entreprise qu'en 2010. D'autres domaines, particulièrement attractifs, captent et fidélisent à l'inverse leurs salariés. "Notamment celui des ingénieurs et cadres de l’industrie : la part de ceux qui ont quitté ce domaine depuis 2010 (26 %) est nettement inférieure à la part de ceux qui l’ont rejoint en 2015 (39 %)." Et puis, il y a les secteurs champions de la mobilité, mais interne cette fois. C'est le cas de celui de la banque assurance. "En effet, il présente le plus fort taux de promotion dans les cinq ans (15%) et figure parmi les domaines les plus stables en matière de changement d’employeur (62% des personnes ayant changé de métier ont le même employeur que cinq ans auparavant). Ainsi, 14% des employés de banques ou d’assurances sont devenus techniciens ou cadres dans ce domaine, et 10% environ des techniciens y sont devenus cadres."

Auteur : Ingrid Lemelle

Retour en haut de la page